Cybercriminalité

Les cybercrimes déclarés par la police au Canada (2012)

  • En 2012, 9 084 affaires de cybercriminalité ont été déclarées par certains services de police desservant 80 % de la population du Canada. Ce chiffre présentait un taux de 33 affaires de cybercriminalité pour chaque tranche de 100 000 habitants.
  • Le type de cybercrime le plus courant était la fraude, représentant plus de la moitié (54 %) de tous les cybercrimes déclarés en 2012. Les crimes d’intimidation, composés d’infractions où il y menace de violence, constituaient 20 % des cybercrimes déclarés par la police en 2012, alors que 16 % des cybercrimes comportaient une infraction cybernétique de nature sexuelle.
  • En 2012, un auteur présumé a été identifié par la police dans une proportion relativement faible (6 %) des cybercrimes contre les biens, notamment dans des affaires de fraude (5 %) et de vol d’identité (3 %).
  • Un auteur présumé a été identifié par la police relativement à 31 % des infractions cybernétiques de nature sexuelle et à 55 % des cybercrimes liés à des affaires d’intimidation. Comparativement aux infractions liées à l’intimidation, les infractions sexuelles étaient le plus souvent classées par mise en accusation (25 % par rapport à 18 %).
  • La majorité (76 %) des auteurs présumés identifiés par la police en 2012 étaient des hommes. Dans le cas des infractions cybernétiques de nature sexuelle, les hommes représentaient 94 % des auteurs présumés.
  • En 2012, les services de police ont identifié 2 070 victimes d’actes de violence comportant un cybercrime. Les femmes représentaient la majorité des victimes d’actes de violence liés à un cybercrime (69 %), surtout dans les affaires comportant une infraction sexuelle (84 %).

Les incidents autodéclarés de victimisation sur Internet au Canada (2009)

  • Selon les résultats de l’Enquête sociale générale (ESG) sur la victimisation de 2009, environ 1,75 million de Canadiens âgés de 15 ans et plus ont déclaré avoir fait l’objet de cyberintimidation. Cela représentait 8 % des internautes âgés de 15 ans et plus. Moins d’une victime de cyberintimidation sur dix (7 %) a déclaré l’incident à la police.
  • Une proportion relativement petite des incidents de cyberintimidation a été signalée à la police. Toutefois, les incidents contre des enfants ont plus souvent été signalés que ceux visant des adultes (14 % par rapport à 7 %).
  • Environ 4 % des Canadiens qui ont utilisé Internet au cours des 12 mois précédents ont indiqué avoir été victimes de fraude bancaire par Internet.
  • Un internaute sur six (16 %) a indiqué qu’il était déjà tombé sur du contenu faisant la promotion de la haine ou de la violence. Dans la plupart des cas, ce contenu visait des groupes ethniques ou religieux.

Exploitation sexuelle des enfants sur Internet

  • Cyberaide.ca reçoit et traite les signalements du public concernant l’exploitation sexuelle des enfants sur Internet et travaille à prévenir et à informer le public au sujet de l’exploitation sexuelle des enfants sur Internet.
  • L’exploitation sexuelle des enfants sur Internet comprend les activités suivantes : les images d’abus pédosexuels (pornographie juvénile), le leurre par Internet, la prostitution d’enfants, le tourisme pédophile, le trafic d’enfants, rendre accessible à un enfant du matériel sexuellement explicite et l’entente ou l’arrangement avec une autre personne pour commettre une infraction d’ordre sexuel à l’égard d’un enfant.
  • Le nombre de signalements d’exploitation sexuelle des enfants sur Internet qu’a reçus Cyberaide.ca a augmenté de façon substantielle, passant de 179 signalements en 2002‑2003 à 10 101 signalements en 2011‑2012.
  • Entre 2002 et 2012, Cyberaide.ca a reçu 67 000 signalements d’exploitation sexuelle des enfants sur Internet.
  • 75 % des signalements transmis à la ligne d’aide proviennent de personnes résidant au Canada. Les 25 % de signalements qui restent sont transmis par des personnes vivant aux États-Unis ou dans divers pays d’Europe.
  • La pornographie juvénile est de loin la forme la plus importante d’exploitation sexuelle des enfants sur Internet. En effet, plus de 90 % des signalements transmis à la ligne d’aide visaient des préoccupations concernant des images d’abus pédosexuels.
    • 82 % des images analysées par Cyberaide.ca montrent des enfants prépubères de moins de 12 ans (dont 57 % ont moins de huit ans).
    • Plus de 35 % de toutes les images analysées montrent des agressions sexuelles graves, subies le plus souvent par des enfants de moins de huit ans.
    • 7,3 % des images montrant des enfants de zéro à huit ans mettent en scène des bambins.
  • Entre 2009 et 2012, Cybertaide.ca a connu une augmentation de 214 % du nombre de signalements en lien avec des appareils mobiles.
  • L’analyse de plus de 300 signalements visant le leurre, le conditionnement et l’exploitation sexuelle sur Internet révèle ce qui suit :
    • L’âge médian du suspect est de 26 ans.
    • 85 % des victimes de leurre identifiées étaient des filles, et 15 % des garçons.
    • Une demande de rencontre a été faite dans 17,5 % des cas confirmés.
    • Le suspect s’est livré à des actes d’exhibitionnisme dans 20,5 % des cas.
    • Des menaces évidentes ont été constatées dans 13 % des cas.
    • Le suspect a fait référence à de la pornographie juvénile dans 50 % des cas.

Sources

Date de modification :