Estimation de l’incidence économique des crimes violents au Canada en 2009

  • En 2009, les déclarations des victimes de crimes violents indiquent ce qui suit :
    • 1 418 794 incidents de voies de fait et 62 % de ces incidents ont été perpétrés contre des hommes;
    • 668 088 personnes ont été victimes de harcèlement criminel (les données ne permettent pas de déterminer le nombre d’incidents de harcèlement) et 74 % de ces victimes étaient des femmes (données de 2004);
    • 143 421 incidents de vol qualifié et 56 % de ces incidents ont été perpétrés contre des hommes;
    • 561 807 incidents d’agression sexuelle et autres incidents d’ordre sexuel et 68 % de ces incidents ont été perpétrés contre des femmes.
  • Les infractions déclarées à la police en 2009 :
    • 160 027 incidents de voie de fait et 58 % de ces incidents ont été perpétrés contre des hommes;
    • 69 742 incidents de harcèlement criminel et 53 % de ces incidents ont été perpétrés contre des femmes;
    • 453 incidents d’homicide et 82 % des homicides ont été perpétrés contre des hommes;
    • 20 067 incidents de vol qualifié et 66 % de ces incidents ont été perpétrés contre des hommes;
    • 8 777 incidents d’agression sexuelle et autres incidents d’ordre sexuel et 92 % de ces incidents ont été perpétrés contre des femmes.

Total des coûts

  • Les actes criminels de ces catégories d’incidents violents ont coûté aux Canadiens environ 12,7 G$, ou 376 $ par personne, en 2009. Ces sommes ne représentent pas des coûts annuels et englobent tous les coûts associés aux crimes commis en 2009 :
    • les voies de fait ont coûté 2,1 G$;
    • le harcèlement criminel a coûté 0,5 G$;
    • les homicides ont coûté 3,7 G$;
    • les vols qualifiés ont coûté 1,6 G$;
    • les agressions sexuelles et autres infractions d’ordre sexuel ont coûté 4,8 G$.

Coûts subis par le système de justice

  • Les coûts subis par le système de justice totalisent 1,9 G$ (ces coûts incluent le système de justice pénale qui à son tour comprend les coûts des services de police, du fonctionnement des tribunaux, des poursuites, de l’aide juridique et du service correctionnel, ainsi que les coûts du système de justice civile qui à son tour comprend les coûts des ordonnances de protection, des divorces et des séparations et des systèmes de protection de l’enfance).

Coûts subis par les victimes

  • Les coûts subis par les victimes totalisent 10,6 G$ (y compris les coûts des soins de santé et des problèmes de santé mentale, les pertes de salaire, les coûts de biens endommagés ou détruits et les frais juridiques pour les affaires de divorce et de séparation).

Coûts subis par des tierces parties

  • Les coûts subis par des tierces parties totalisent 0,2 G$ (y compris les coûts de fonctionnement des services sociaux, les pertes pour les employeurs et l’incidence défavorable sur les gains futurs prévus des enfants exposés à la violence conjugale).

Coûts visibles selon la partie qui les assume

  • Les coûts visibles représentaient 26 % de tous les coûts (3,3 G$).
  • Les coûts invisibles représentaient 74 % de tous les coûts (9,4 G$), principalement en raison des coûts suivants :
    • les coûts des souffrances causées par les voies de fait, les vols qualifiés et les agressions sexuelles et autres infractions d’ordre sexuel (5,9 G$);
    • les coûts des pertes de vie causées par les homicides (3,5 G$).
  • Les coûts visibles peuvent être ventilés selon la partie qui les a payés réellement :
    • l’État a payé 64 % du total des coûts visibles (2,1 G$);
    • les particuliers (dont les victimes) ont payé 33 % du total des coûts visibles (1,1 G$);
    • les entreprises ont payé 4 % du total des coûts visibles (116 M$).

Source

Josh Hoddenbagh, Ting Zhang et Susan McDonald. Estimation de l’incidence économique des crimes violents au Canada en 2009, Ministère de la Justice du Canada, Division de la recherche et de la statistique, Ottawa, 2014.

Date de modification :