APERÇU : Personnes ayant une limitation d'activité

Les données utilisées dans ce document proviennent principalement de l'ESG de 2004 sur la victimisation. L'ESG était fondée sur la définition de « limitation d'activité » établie par l'OMS. Les personnes aux prises avec des limitations d'activités sont celles qui ont des difficultés dans leur vie quotidienne ou qui ont mentionné qu'un état physique ou mental ou qu'un problème de santé réduisait la quantité ou le genre d'activités qu'elles peuvent effectuer.

Le taux de victimisation personnelle (comprend toutes les infractions visées par l'ESG) des personnes handicapées était quatre fois plus élevé que pour les personnes non handicapées;

Lorsque l'on considère les différents groupes d'âge :

Les personnes avec une limitation d'activité étaient 2,4 fois plus susceptibles d'être victimes d'un crime violent que les personnes non handicapées (367 et 150, par 1 000 habitants) dans le groupe très victimisé des 15 à 44 ans;

Les personnes handicapées sont plus susceptibles que les personnes non handicapées d'être victimisées par une personne qu'elles connaissent;

Les personnes handicapées affichent des niveaux plus élevés que la moyenne de victimisation multiple, de violence conjugale, de harcèlement criminel et de crainte d'être victimes d'un acte criminel.

Source

Perrault, S. 2009. Victimisation criminelle et santé : un profil de la victimisation chez les personnes ayant une limitation d'activité ou un autre problème de santé. Produit no 85F0033M au catalogue de Statistique Canada : Ottawa.

Date de modification :